Un archéoptéryx scanné aux rayons X !Le 27 février 2009 à 17h35

Le 27 février 2009 à 17h35
 

Un archéoptéryx scanné aux rayons X !

Par Laurent Sacco, Futura-Sciences      

En son temps, la découverte de l’archéoptéryx dans les strates de calcaire lithographique de Solnhofen, avait grandement aidé à l’adoption de la théorie de l’évolution par la communauté scientifique. L’un des dix fossiles connus de cet ancêtre des oiseaux vient d’être examiné à l’aide d’une nouvelle technique, la fluorescence X.

Il y a 150 millions d’années, les Alpes n’existaient pas et des régions comme celles de la Bavière en Allemagne et du Bugey en France étaient occupées par une mer chaude et peu profonde. Des îles formaient çà et là des archipels, avec des lagunes et des lagons.

Dans l’un d’entre eux, le cadavre de ce qui allait être connu plus tard comme un archéoptéryx allait se déposer sur un fond de boues calcaires très fines, produit par la bio-érosion et les poissons brouteurs de corail. Une nouvelle couche n’allait pas tarder à recouvrir le cadavre à l’occasion d’une grande tempête, l’isolant des charognards et de l’action destructrice de l’oxygène. C’est ainsi qu’il fut retrouvé au XIXième dans la carrière de calcaire lithographique de Solnhofen en Bavière.

Les fossiles de Solnhofen sont connus dans le monde entier pour leur extraordinaire richesse et la finesse des détails des fossiles de plantes et d’animaux. On peut s’en faire une idée en allant visiter le petit musée de Cerin-Marchamp. La carrière de calcaire lithographique proche y a été l’objet de fouilles paléoécologiques pendant plus de 15 ans, entre autre parce que la lagune qui s’y trouvait à l’époque du Kimmeridgien, au Jurassique, était similaire au lagon de Solnhofen. On pouvait donc espérer y trouver un nouveau fossile d’archéoptéryx.


L'exemplaire d'archéoptéryx du Wyoming Dinosaur Center. Crédit : SLAC National Accelerator Laboratory

Ces derniers sont en effet fort rares et l’un des dix seuls exemplaires connus est la propriété du Wyoming Dinosaur Center (WDC), un musée paléontologique célèbre de la ville de Thermopolis, pas très loin du mythique Yellowstone. Autant dire que l’on sait peu de chose sur ces animaux qui illustrent si bien la théorie de l’évolution.

On aimerait bien en savoir plus et c’est désormais possible grâce aux puissantes sources de rayons X que constituent les synchrotrons de par le monde. C’est pourquoi l’exemplaire du WDC a été conduit en Californie, escorté par des paléontologues, pour le mettre temporairement entre les mains des physiciens du SLAC's Stanford Synchrotron Radiation Lightsource (SSRL).

Comme l’explique cette vidéo, en utilisant des faisceaux de rayons X très fins et à courtes longueurs d’onde, il est possible de provoquer dans le fossile un effet dit de fluorescence X. Une partie des atomes qui constituaient les tissus mous des fossiles sont toujours présents dans la roche et, en les excitant par rayons X (jaune sur le schéma de la vidéo) pour qu’ils émettent de la lumière par fluorescence (les trois faisceaux secondaires de la vidéo), il est possible de déterminer la nature chimique de ces atomes mais aussi de reconstituer une image de la forme de l’animal. L’effet est particulièrement frappant avec l’exemple du calmar dont on distingue maintenant les tentacules.

 
Le paléontologue Peter Larson préparant le fossile d'archéoptéryx pour l'examen. Crédit : SLAC National Accelerator Laboratory

Comme le montrent les photos, les paléontologues Peter Larson et Sam Farrar ont installé la plaque de calcaire lithographique de 40 cm sur 40 cm contenant le fossile d’archéoptéryx du WDC dans une chambre emplie d’hélium gazeux. Il a ensuite été soumis aux faisceaux de rayons X. Les analyses sont en cours et l’on ne devrait pas tarder à en savoir plus. Gageons que l’on découvrira quelques surprises, notamment sur les plumes de cet animal.

source:http://www.futura-sciences.com/

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire
 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site