bétail mutilé

Mutilation de bétail:

mutilacion.jpg

Il est hors de tout doute que nombre de bestiaux domestiques et animaux sauvages furent victime de mutilation. Ces événements ont été rapportés un peu partout de par le monde, mais principalement au Mexique et aux États-Unis. Seulement aux USA, environ 2000 cas de mutilation sont rapportés chaque année. Prédateurs naturels, rituels satanistes ou forces inconnues… le mystère reste entier.

Ces évènements troublants ont généralement été associés aux ovnis, à des expérimentations gouvernementales étranges ou encore à des mouvements religieux très motivés. Il est important de noter que ces mutilations ne se limiteraient pas qu'au bétail, mais aussi à des animaux sauvages. Les mutilations donc il est question ici sont le sectionnement de parties du corps, généralement les pis, la langue, le cœur ou les muqueuses des animaux avec une précision intelligente, généralement entourée de circonstances déconcertantes.

Par exemple, À Whiteface, Texas (USA), dans une région où, au début de 1975, on signalait des ovnis depuis des semaines, la police vint examiner une génisse retrouvée morte, le 10 mars, par l'éleveur Darwood Marshall, sur une aire de végétation écrasée. L'animal avait le cou tordu et la tête pointait vers le ciel ; on avait prélevé sa langue, ses organes internes et, semble t'il, découpé son nombril. Sur le sol, autour du corps de l'animal, il n'y avait aucun sang.  Quelques jours plus tôt, Marshall avait découvert un bouvillon mutilé gisant dans un cercle de blé roussi. L'équipe du Shérif ayant découvert une radioactivité anormale sur le site, demanda le concours à des experts de la base aérienne de Reese. Leurs analyses révélèrent une radioactivité de 0,5 pour 100 plus élevée que la normale, différence faible et nullement alarmante. Cependant, pourquoi cette différence et ce cercle de blé brûlé ?

Le 21 octobre 1975, on trouva une bison femelle de 750 kilos mort dans un enclos du zoo du mont Cheyenne, Colorado (USA). Les organes génitaux étaient mutilés ; on avait prélevé une oreille, le pis et une plaque de peau de 155 centimètres carrés. Près d'elle, nulle autre trace que celles des animaux de l'enclos, qui renfermait une cinquantaine de bisons et dix élans. « Sans aucun doute, dit Dan Davis, directeur du zoo, l'animal a été mutilé par quelque instrument tranchant, manié par un être humain. »  L'autopsie du bison, pratiquée par Rodney Walker, vétérinaire du zoo, exclus une attaque par des prédateurs et ne décela nul indice de maladie mortelle. Mais elle révéla un fait bizarre : le sang du cadavre était anormalement fluide, comme sous l'effet d'un anticoagulant.  « C'était extrêmement curieux, dit le Dr Walker, il y avait, dans les cavités abdonimale et thoracique, une quantité excessive de liquide sérosanguin, lequel s'était infiltré dans tous les tissus et jusque dans les globes oculaires. » Le cadavre fut également examiné par Raoul W. Urich, médecin légiste du comté d'El Paso. Il nota que le lambeau de peau avait été prélevé sans entamer les tissus sous-jacents : « La coupure, nette et impeccable, était due manifestement à une lame très tranchante et éliminait l'intervention de tous prédateurs… Même en m'appliquant je n'aurais pas pu mieux faire. Un vrai travail d'expert! » Le Docteur nota également que l'autopsie s'était pratiquée dans d'excellentes conditions dues aux fait que le cadavre était âgé de moins de 24 heures et que le froid avait retardé la décomposition.

À vous de juger...

                                                                                SOURCE:http://asthilaplanet.e-monsite.com/

1 vote. Moyenne 4.00 sur 5.

Ajouter un commentaire
 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site