des anciens de la zone 51 parlent

Des anciens de la Zone 51 racontent

avril 13th, 2010 Posted in Avril 2010 |source  site ovnis-usa 

Le Chroniqueur Erik Lacitis a recueilli les témoignages de quelques anciens de la Zone 51. Selon lui, ce ne serait "Pas tout à fait ce que certains d'entre nous attendent" :

Plan Zone51

"50 ans plus tard, des retraités tels que James Noce et d'autres se sentent le droit de raconter leurs légendes personnelles, les souvenirs resurgissent et peuvent maintenant s'échanger. Quel que soit le thème de la discussion, si l'ambiance en est aux projets secrets de l'USAF ou bien aux Ovnis, le sujet qui tient le hit-parade des questions posées est celui de l'aire 51.

 

 

Quelques secrets ont été dé-classifiés. James Noce et ses anciens collègues sont maintenant libres de parler de leurs années de travail en sous traitance pour la CIA durant la période 1960-197O sur le site du gouvernement dans le sud du Nevada.

Les récits apportent un peu de lumière sur l'endroit entouré de mystère à l'époque. Des projets classifiés y ont toujours lieu.

Tout était mis en œuvre pour décourager les curieux il y a 50 ans, mais ceux qui ont le courage de conduire jusqu'au site aujourd'hui sont tout autant écartés.

Les histoires présentent un fragment des opérations secrètes du gouvernement dans un contexte quotidien, avec les routines et les moments d'excitation.

 

 

Noce ne cherche pas à se faire un nom, mais lorsque je l'ai contacté, il était heureux de pouvoir en parler. "J'ai prêté serment pour une période de 47 ans. Je ne pouvais pas en parler." Dans les années 60, L'aire 51 était le site d'essai pour l'A-12 et son successeur le SR-Blackbird, un avion espion qui a battu les records de vitesse. La CIA dit qu'il atteint Mach3.229/hr (3,500 mph) à une altitude de 90,000 pieds.

Le secret est tombé d'un coup d'un seul lorsque la CIA expose un A-12 devant sa porte à Langley, lors de son soixantième anniversaire en septembre 2007. D'autres secrets persistaient.

Warning Aire51

Comme les salaires des contractants. Noce se souvient avoir toujours été payé en liquide, il devait signer d'un faux nom sur le reçu durant toutes ses années de travail dans la sécurité du site. Pour parler le langage CIA, son travail faisait partie des Blacks Projects.

Rangée A-12

Noce ne possède aucun document prouvant qu'il a travaillé sur l'aire 51 pour la CIA. C'était très commun. Ceux qui étaient payés par chèques disent que les chèques venaient de différentes sociétés, dont Pan American World airways. T.D.Barnes, le fondateur et président de Roadrunners Internationale valide les dires de James Noce en ajoutant qu'il a reçu des chèques de la Pan Am alors qu'il n'a jamais travaillé pour cette compagnie. Sa fondation Roadrunners regroupe des retraités de la zone 51, y compris des membres associés à l'Air Force, la CIA, Lockheed, Honeywell et divers autres contractants.

Depuis ces 20 dernières années, ils se rencontrent tous les 2 ans de façon clandestine. Leur première réunion publique eut lieu en octobre dernier à Las Vegas dans le Musée des Essais Atomiques.

L'age aidant, Barnes à 72 ans veut que le travail effectué par les anciens ne soit pas oublié. Lui-même a quelqu'un de tout à fait crédible pour authentifier ses dires : David Robarge, l'historien en chef pour la CIA et l'auteur de Archangel : CIA's Supersonic A-12 Reconnaissance Aircraft. Robarge dit de Barnes qu'il sait beaucoup de choses et ne brode jamais en racontant.

 

 

Le cercle des membres de l'association s'est agrandi simplement, un type qui travaillait pour la CIA en parle à un copain qui avait travaillé sur l'aire 51 et ainsi de suite.

Noce termine l'école en 1955 pour entrer dans l'Air Force où il est entrainé au radar. En quittant son service en 1959 il travaille dans un supermarché à Camas à 27 km de Vancouver. En 1961, il reçoit un coup de fil d'un ancien copain de l'Air Force qui travaillait maintenant pour la CIA.

James Noce

"Je savais que j'avais une autorisation classifiée pour travailler sur les sites de radars et il m'a demandé si je n'aimerais pas vivre à Las Vegas." Il accepte d'aller à Vegas et d'y appeler un type qui travaille pour l'agence.
Puis il a commencé dans la sécurité. La plupart du temps, un travail routinier: Les lundis matins, un Superconstellation Lockheed arrivait des Skunk Works de Burbank en Californie pour acheminer les ingénieurs et autres qui travaillaient sur l'A-12. Ils restaient là toute la semaine et retournaient chez eux pour le week-end. "Skunk Works" était le surnom donné à la section des Projets Avancés de Lockheed qui tenait le contrat de l'A-12.
Les agents de sécurité s'assuraient aussi que seuls, ceux qui possédaient une accréditation adéquate pouvaient assister aux essais de vol. Et quelle vision! Selon la CIA, son ancien chef Richard Helms se souvient d'avoir rendu une visite à l'aire 51 pour observer un vol d'essai de l'A-12 : " l'explosion de flammes qui envoyait l'avion à la forme d'insecte sur le tarmac m'a fait me recroqueviller immédiatement. C'était comme si le diable en personne sortait de l'enfer!"

Projet La Ferme
Projet: La Ferme
On fait des menaces pas des promesses

La routine consistait à contrôler les badges d'entrée et à s'assurer que personne n'introduisait d'armes, ni d'appareils photos. D'autres fois la routine devenait passionnante. Noce se souvient lorsque Article 123 (le surnom de l'un des A-12) s'est écrasé le 24 mai 1963 près de Wendover dans l'Utah. Le pilote s'en est sorti. Il faisait partie de l'équipe envoyée sur le site du crash dans un avion cargo immense, avec plusieurs camions. Tous les débris ont été transportés dans les camions. Un député du coin, vite arrivé sur la scène, avait vu le crash, il y avait aussi une famille en vacances qui avait pris des photos."Nous avons dû confisquer la caméra et prendre le film, on a juste dit qu'on travaillait pour le gouvernement. Le député et la famille ont reçu l'ordre de ne parler du crash à personne, surtout pas à la presse."

Il avait fallu les menacer et leur faire peur. Pour les convaincre la CIA était arrivée avec une valise de billets. "Je crois que c'était 25,000 chacun." Robarge ajoute que des sommes en liquide pour cacher les faits étaient une pratique habituelle.

 

 

Parfois pour presque un regard, comme en 1962, alors qu'un A-12 non assemblé circulait en camion le long de petites routes de Burbank vers la zone 51 et qu'un bus Greyhound voyageant en sens inverse a éraflé l'une des remorques."Les managers du projet ont rapidement permis le paiement de 5,000 $ pour les dégâts causés au bus afin qu'il n'y ait pas de constat qui puisse initier une enquête légale de la part des assurances..."

La bibliothèque de la CIA contient des descriptions de ces transports hors du commun : "Enfin, le premier A-12, connu sous le nom de "Article 121" fut construit et testé au sol à Burbank en janvier et février 1962. L'avion étant trop secret pour qu'il puisse voler vers le site des essais et trop grand pour entrer dans un avion-cargo, il devait être transporté sur le site par camions. Dans la nuit du 26 février, un camion spécialement conçu chargé d'une énorme caisse qui contenait le fuselage démonté de l'avion a quitté le site "Skunk Works" de Lockheed pour un voyage de deux jours vers la zone 51 du Nevada. Il était escorté par les polices routières de Californie et du Nevada ainsi que par des officiers de sécurité de la CIA. La caisse était si imposante (plus de 10 m sur 32 m) que des panneaux de signalisation ont dû être ôtés, les arbres élagués et les bas cotés rehaussés. Les ailes étaient acheminées séparément et assemblées sur le site."

Et les aliens ? "Ni vus ni connus." disent Noce et Barnes. Ce dernier pense que l'Air Force et "l'Agence" aimaient bien les histoires sur les vaisseaux aliens, elles servaient à couvrir les essais des avions secrets. [Barnes dira plus tard que les pilotes rencontraient des ovnis mais ne voulaient pas en parler.]

 

 

Transport A-12

Noce aimait travailler là-bas. Il était payé 1,000 $ par mois (environ 7,200 $ d'aujourd'hui). Dans la semaine, tout était gratuit sur la base, 5 hommes par maison de 1 étage avec le partage de la cuisine et salle de bains. Ils se souviennent tous de la nourriture extraordinaire : "Des cuisiniers venaient de Vegas, de vrais chefs. Que ce soit de jour ou de nuit, vous pouviez commander un steak ou ce que vous vouliez." Les homards arrivaient directement du Maine en avion, un jet envoyé à l'autre bout du pays pour tester ses moteurs rapportait le "délicieux marché". Les week-ends ils conduisaient jusqu'à Vegas. Ils louaient un coin avec un jardin et faisaient des barbecues arrosés de bière.

 

Sourcehttp://www.ovnis-usa.com/

Noce possède 2 preuves de ses jours sur la zone 51. Des photos noir et blanc prises à la sauvette. Il pose pour l'une devant la maison qu'il partageait avec 4 collègues. Sur l'autre, il est devant 2 Thunderchiefs, les pilotes avaient survolé le site par curiosité, ils avaient été obligé d'atterrir, la zone étant interdite de survol.

Ils m'avaient dit : "S'il se passait quoi que ce soit et qu'on vous demande si vous avez travaillé pour la CIA, répondez que vous n'avez jamais entendu parler d'eux." -

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire
 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site