les ovnis et l'espace

LES OVNIS ET L'ESPACE-TEMPS

 
L
ES O.V.N.I. ET L’ESPACE TEMPS.
Parmi les hypothèses faites sur la provenance des O.V.N.I, la plus courante et la plus facile à admettre pour la logique humaine est que ces engins viennent de planètes lointaines et habitées. C’est aussi la plus vraisemblable à priori. Mais nous la laisserons de côté, puisqu’elle est trop connue pour y insister.
Cependant, il existe une deuxième hypothèse, qui n’est pas non plus à rejeter parce qu’elle permet d’expliquer mieux certains faits observés. Cette explication là est beaucoup plus subtile et d’une compréhension bien plus difficile que la première. Je vais essayer de l’exposer d’une façon claire, mais en m’excusant à l’avance de sa complexité, qui atteint les limites de nos faibles intelligences humaines. Elle fait entrer en ligne les jeux de l’Espace, et du Temps et, avec elle, on aborde à l’Univers de la quatrième Dimension, ce qui est situé aux frontières de notre compréhension. Remarquons tout d’abord que, dans la vie courante, nous confondons parfois le temps avec l’espace à parcourir. Ainsi nous disons aussi bien " La gare est à 1 kilomètre d’ici, ou la gare est à 20 minutes d’ici. "
Dans certaines circonstances, le temps peut donc être confondu avec l’espace. Qu’est-ce qu’une heure de nos pendules, sinon la 24ième partie d’une journée, et une journée n’est que l’espace parcouru par la rotation de notre globe sur lui-même ou encore la 365 ième partie de son orbite annuelle autour du soleil. Tout cela c’est de l’espace parcouru. C’est encore bien plus vrai quand nous nous éloignons dans le Cosmos ; car le kilomètre étant bien trop petit pour mesurer les distances entre les étoiles, on les mesure en années-lumière, distance parcourue en une année, par un rayon lumineux, distance fabuleuse évidemment. Là encore, les données Temps-Espace se confondent. Or, de même qu’on peut, sur une distance, la parcourir d’abord dans un sens, puis en revenant en arrière, dans l’autre sens, il devrait être possible, pour le Temps, d’opérer de même, d’aller dans un sens en direction du Futur, puis en arrière, dans le sens du Passé. Remonter le Temps, en quelque sorte ; pratiquement, on n’a pas encore pu le faire.
La machine à remonter le Temps n’est pas encore inventée chez nous. Mais qui dit que d’autres ne l’ont pas inventé, ailleurs ? Car, théoriquement, ce n’est pas impossible, si l’on se place sur le plan de l’Univers à quatre dimensions. Le grand mathématicien Henri POINCARE, fut un des premiers à considérer que l’existence d’un univers à quatre dimensions était, non seulement possible, mais même probable. Elle est presque prouvée de nos jours, et certaines questions complexes de la haute mathématique ne peuvent se résoudre qu’en faisant appel à la quatrième Dimension. Mais, malheureusement, nous ne pouvons pas prendre contact avec cet univers, qui est peut-être autour de nous, à l’aide de nos cinq sens habituels, qui ne sont adaptés qu’à notre monde à trois dimensions. Aux limites de l’impossible, prenons un exemple qui, s’il est vraisemblable, nous aidera cependant à mieux comprendre. Supposons un enfant né dans un train en marche et qui aurait été élevé dans ce train qui ne s’arrêterait jamais. Quelle aurait été l’opinion de cet enfant sur le paysage ? Il aurait cru que le paysage est une succession d’images, mobiles qui s’approchent au devant du train, qu’elles passent au devant de la fenêtre, et qu’elles s’enfuient derrière. Tout comme les images de l’avenir, du présent et du passé. Or, s’il avait pu arrêter le train une minute, il aurait constaté son illusion ; c’est à dire que c’était lui qui passait et que le paysage est immobile. Cette illusion est peut-être la même pour nous. Parce que nous sommes dans un organisme vivant qui vieillit, qui passe, qui poursuit sans arrêt sa course vers son terme, nous croyons que c’est le temps qui passe devant nous.
Mais si nous pouvions arrêter quelques instants notre corps dans sa course vers la mort, dans son vieillissement physique, nous verrions que ce qui passait ne passe plus, que nous sommes dans un monde immobile, devant une sorte d’éternel présent. C’est dans cette optique qu’on peut admettre que ce qu’on appelle le passé se trouve sur le même plan que nous et qu’on pourrait le rencontrer même dans la vie courante, comme le font certains bons médiums. Dans la revue anglaise " CORONET " d’avril 1943, on en trouve un curieux exemple : Au début de la guerre de 1940, un Anglais, le Capitaine aviateur GRAYSON, effectuait une patrouille de nuit, près de DOUVRES, lorsqu’il aperçut un avion à la silhouette inconnue. Il la prit en chasse, sans pouvoir le rattraper. Finalement, il le vit plus nettement dans un rayon de lune. C’était un biplan ( on n’en faisait plus depuis longtemps à cette époque ), et ses ailes portaient la croix de fer, symbole de l’ancienne Allemagne impériale.
Sur le fuselage était peint le Cirque volant, insigne du baron allemand et aviateur Manfred VON RICHTOFEN, combattant de la guerre 1914, et qui fut abattu en 1918.
Là encore, on entrait dans une tranche du passé, un avion de la guerre 1914-1918, depuis longtemps détruit, surgissait aux yeux d’un aviateur de la guerre 1940. Personne n’y a rien compris. Peut-être y avait-il eu, là aussi, une sorte de contraction de l’espace-temps ? Si l’on se place au point de vue de l’univers à quatre Dimensions, cela permet de comprendre pourquoi les O.V.N.I. échappent, parfois instantanément à la vue des témoins. Nous avons vu des cas où ils s’éloignent de nous normalement, en fuyant dans l’espace, mais parfois aussi des cas, comme celui de VALENSOLE, où ils disparaissent brusquement à la vue, comme s’ils étaient évanouis ou dématérialisés. Cela suppose que ou bien ils sont capables de nous suggestionner en nous faisant croire qu’on ne voit plus rien, ou bien qu’ils disparaissent dans une autre dimension que l’espace !
Cette autre dimension, ce serait le temps. En effet, s’ils rentrent instantanément dans le futur, nous ne pouvons plus les voir. Comme leurs engins sont bien plus avancés que les nôtres, ce sont des gens plus évolués que nous sur le plan des techniques. De là, certains esprits subtils en ont déduit que ce sont des êtres venus de notre futur. Ce qui est très compliqué à comprendre, comme à admettre, je le reconnais volontiers. Car là, nous atteignons les limites de notre intelligence, bornée aux trois dimensions de notre univers habituel. Mis à part cette remarque, ces conceptions seraient en plein accord avec la pensée du grand mathématicien EINSTEIN, et elles ont conduit le capitaine CLAIROUIN, à penser que les O.V.N.I. pourraient sortir, non pas de l'espace, comme on le croit habituellement, mais du temps. EINSTEIN avait, en effet, été amené, par ses calculs, à penser que si un objet matériel venait à se déplacer en dépassant la vitesse de la lumière, il franchirait en somme le mur du temps et entrerait dans l’univers de la quatrième Dimension. Tout cela est bien curieux. Ces êtres auraient-ils inventé la machine à remonter le temps ? Et viendraient-ils nous examiner comme leurs lointains ancêtres ? C’est une hypothèse, qui peut légitimement nous donner le vertige. A vous de juger.

SOURCE:http://wwww.geru.fr/fr/node/24

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire
 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site