Un bateau robotisé pour explor

Un bateau robotisé pour explorer Titan:

Des lacs de méthane à la surface de Titan, capturés par la sonde Cassini (Crédit : Nasa)
Des lacs de méthane à la surface de Titan, capturés par la sonde C...

Des ingénieurs envisagent de construire un bateau spatial. Il aurait pour mission d'explorer Titan, la plus grande des lunes de Saturne.   

Des scientifiques songent à parachuter sur Titan un bateau robotisé afin d'en explorer la surface. Celui-ci naviguerait pendant plusieurs mois sur la mer de méthane de ce satellite afin d'en explorer les côtes et de mesurer les vents et les vagues qui balaient sa surface. Le professeur John Zarnecki explique que "les vagues sur les mers de Titan seront bien plus grandes mais également beaucoup plus lentes que celles des océans terrestres d'après les calculs", rapporte le Guardian. Comme il le dit avec humour, "cela suggère que Titan est le meilleur spot du système solaire pour surfer. Le seul inconvénient est que la température sur place est de -180°C". 

Cette mission sur Titan, la seule lune de tout le système solaire à posséder une atmosphère épaisse constituée d'azote et de méthane, pourrait permettre de découvrir des traces d'organismes chimiques complexes, précurseurs de la vie. "Sur Terre, le méthane est un gaz, mais du fait des températures extrêmement basses qui règnent sur Titan, il reste liquide là-bas", indique Zarnecki qui participe à la mise au point du bateau. De la même façon que l'eau, sur Terre, existe sous forme liquide, gazeuse et solide, le méthane de Titan existe sous ces trois formes et fait la pluie et le beau temps à sa surface. 

Il pleut de la pétrochimie sur Titan

Les radiations ultraviolettes en provenance du Soleil entrent en interaction avec le méthane et le transforment. Résultat, sur Titan, il pleut de la pétrochimie. Ces sept dernières années, la sonde américaine Cassini avait permis de cartographier les mers constituées par le ruissellement des eaux. Une petite sonde, baptisée Huygens (et conçue par l’ESA, l’Agence spatiale européenne) avait déjà débarqué sur Titan en 2005. La plupart des instruments de bord avaient, à l’époque déjà, été conçus par le professeur Zanercki et son équipe de l’université Open.

La mission TiME pour “Titan Mare Explorer” sera financée par la Nasa. Selon les prévisions, la sonde TiME devrait arriver sur Titan après un voyage d’un milliard 609 millions de kilomètres à travers le système solaire. Une fois l’atmosphère franchie, le vaisseau sera parachuté vers la surface pour amerrir dans la mer Ligeia, large de près de 500 kilomètres. C’est alors que débuteront les relevés qui dureront plusieurs mois et porteront sur les vagues, les éléments chimiques et d’autres facteurs encore.

Le départ ne se ferait pas avant 2016

"L’instrument principal de la sonde sera un spectromètre de masse qui sera en mesure de nous indiquer avec précision de quoi est constitué le lac. Cependant, nous voulons également procéder à des sondages en profondeur", explique un des concepteurs. Les instruments seront alimentés par un petit générateur nucléaire. En effet, Titan est trop éloigné du Soleil pour que soient utilisés des panneaux solaires.

Toutefois, la mission n’est pas encore programmée car si TiME a été sélectionnée parmi 28 autres missions possibles, deux autres projets sont encore en lice. Il s’agit  d’une station capable de capter les tremblements de Mars et d'une sonde qui serait capable de frôler les comètes. Un seul des trois projets obtiendra l’enveloppe de 344 millions d'euros nécessaire au développement et au lancement. Le vainqueur ne sera désigné qu’en 2012. Si TiME est choisie, le départ se ferait en 2016 et le bateau n’arriverait sur Titan que sept ans plus tard.


Source du site:http://www.maxisciences.com/

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire
 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site