La Nasa planche sur ses futurs objectifs

La Nasa planche sur ses futurs objectifs

source :http://www.maxisciences.com/nasa/la-nasa-planche-sur-ses-futurs-objectifs_art15713.html

Alors que le retour de la navette Atlantis approche, l’Agence spatiale américaine réfléchit à ses futurs objectifs. Elle prévoit notamment de sous-traiter les vols vers la Station spatiale internationale et de reconcentrer ses efforts sur les explorations lointaines vers Mars ou la Lune.

Les problèmes de financement ont obligé la Nasa a abandonné le programme Constellation qui avait pour objectif de retourner sur la Lune puis sur Mars. Le président Barack Obama a dû geler les crédits, crise économique oblige, et depuis, seul les missions explorations lointaines sont maintenues. Pourtant, aucun objectif clair à court terme n’est encore défini. Il peut aussi bien s’agir de rendre visite à un astéroïde voisin, de séjourner sur la Lune que de s’enfoncer dans l’espace intergalactique. D’ailleurs le directeur adjoint du Centre national d'études spatiales (Cnes), Richard Bonneville, le dit : "Toutes les voies sont ouvertes mais la Nasa ne sait pas où elle va".

Ce flou artistique n’est pas forcément négatif explique Xavier Pasco spécialiste de la politique spatiale américaine à la Fondation pour la recherche stratégique. "Les États-Unis ont changé de paradigme. Obama veut plus de souplesse et une coopération internationale plus équilibrée". En résumé, les États-Unis vont poursuivre la conquête spatiale mais ils n'ont plus les moyens de le faire seuls.

Dans ce contexte, l’Agence spatiale européenne (ESA) pourrait devenir un partenaire privilégié. Son directeur général, Jean-Jacques Dordain, confie qu’un système de transport commun pourrait voir le jour. L’Europe se dit d’ailleurs prête à investir 450 millions d’euros. Autre possibilité, la mise au point d’un programme commun d’exploration ayant pour noyau les pays partenaires de l'ISS.
Parmi les pistes envisagées, l'utilisation d'une partie de l'ATV, le cargo spatial européen, et la participation à la mise au point de la capsule Orion. Ce vaisseau, rebaptisé MPCV (Multi-Purpose Crew Vehicle), est trois fois plus gros qu'Apollo avec ses 19,6 mètres cubes pressurisés dont 7,2 habitables, rapporte lefigaro.fr.

De nouveaux projets pour prendre la relève

Dans tous les cas, la Nasa est obligée de sous-traiter les vols vers la Station spatiale internationale (ISS). Si les capsules russes Soyouz seront l’unique voie d’accès à celle-ci durant plusieurs années, le programme CCDev laisse le champ libre à plusieurs sociétés de transports privées. Deux capsules, mises au point par Boeing et SpaceX, ont la faveur des pronostics. Deux autres projets, dont une navette nouvelle génération plus petite, Dream Chaser, sont eux aussi en lice. Les quatre projets ont bénéficié en avril d'une deuxième vague de financement de la Nasa.

SpaceX est d’ailleurs la première entreprise privée à avoir envoyé vers l’espace (fin 2010) une capsule avec sa propre fusée Falcon. Elle espère pouvoir emmener dès 2015 les premiers astronautes vers l’ISS. Le ravitaillement de l'ISS est moins problématique puisque les cargos russes (Progress), japonais (HTV) et européen (ATV) peuvent amener l'eau, l'air, la nourriture et le matériel nécessaires à son fonctionnement et le combustible indispensable pour rehausser l'orbite de l'ISS.


Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire
 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site