Un mur de gaz qui divise une métropole cosmique

Posté par Michel le Vendredi 30 Janvier 2009 à 00:00:39
Un mur de gaz qui divise une métropole cosmique

Une nouvelle étude dévoile NGC 604, la plus grande région de formation d'étoiles de la galaxie voisine M33, dans sa première vue profonde en haute résolution en rayons X. Cette image composée des données de l'Observatoire de rayons X Chandra (coloré en bleu), combinées avec des données de lumière optique du télescope spatial Hubble (en rouge et vert), montre un environnement fractionné dans lequel résident quelques 200 jeunes et chaudes étoiles massives.


Cliquer sur l'image pour l'agrandir (version annotée)


Dans toute cette métropole cosmique, des bulles géantes parsèment la poussière froide et le gaz chaud et sont remplies de gaz diffus dont la température s'élève à plusieurs millions de degrés et qui émettent des rayons X. Les scientifiques pensent que ces bulles sont produites lorsque les vents stellaires puissants des jeunes étoiles massives se heurtent et poussent de côté le gaz et la poussière environnants. Ainsi, les secteurs évacués sont immédiatement repeuplés avec du matériel plus chaud comme a pu l'observer le télescope Chandra.

Cependant, il y a une différence entre les deux côtés de cette ville stellaire désunie. Du côté Ouest (sur la droite), la quantité de gaz chaud trouvé dans les bulles correspond à environ 4300 fois la masse du Soleil. Cette valeur et l'éclat du gaz en rayons X impliquent que la partie Ouest de NGC 604 est entièrement alimentée par les vents de 200 étoiles massives chaudes.

Ce résultat est intéressant parce que des modélisations antérieures d'autres bulles les prédisaient normalement plus faibles qu'observées, de sorte que le réchauffement additionnel de vestiges de supernovae soit nécessaire. L'implication est que dans cette région de NGC 604, aucune ou très peu d'étoiles massives n'a dû exploser en supernova.

La situation est différente du côté Est (sur la gauche) de NGC 604. Ici, le gaz de rayons X contient 1750 fois la masse du Soleil et les vents de jeunes étoiles ne peuvent pas expliquer l'éclat de l'émission en rayons X. Les bulles de ce côté semblent être beaucoup plus anciennes et ont été probablement créées et alimentées par de jeunes étoiles et des supernovae dans le passé.

Une séparation semblable entre Est et Ouest est observée dans les résultats optiques. Ceci implique qu'un mur massif de gaz protège la région relativement tranquille à l'Est de la formation d'étoiles active à l'Ouest.

Cette étude a été menée par Ralph Tuellmann du Harvard Smithsonian Center for Astrophysics et faisait partie d'une observation profonde sur 16 jours de M33 appelé Chandra ACIS Survey of M33, ou ChASeM33.

SOURCE/http://www.techno.science.net/

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire
 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site