Constitution du système solaire

Le Système solaire est constitué d’une étoile, le Soleil, et d’une multitude de corps qui réfléchissent sa lumière.

Le Système solaire, dans sa description classique, est constitué d’une étoile, notre Soleil, autour duquel gravitent huit planètes réparties en deux familles : les planètes telluriques, proches du Soleil, semblables à notre Terre, et les planètes géantes et gazeuses, plus éloignées.

À cet inventaire il faut ajouter les satellites naturels, une ceinture d’astéroïdes située entre Mars et Jupiter, ainsi que les comètes. L’espace interplanétaire lui-même est bien loin d’être un vide parfait.

Toutes les planètes ont reçu la visite d’une sonde spatiale au cours des quatre dernières décennies. Le développement de nouvelles techniques d’observation, l’exploitation du spectre électromagnétique dans sa totalité et l’envoi de sondes spatiales ont profondément modifié notre connaissance du Système solaire. Il est ainsi possible aujourd’hui de parler de météorologie martienne ou jovienne, de l’histoire de l’eau sur Mars ou encore de volcanisme de glace sur Triton, un satellite de Neptune. L’exploration du Système solaire en a révélé l’extraordinaire diversité. Mais au-delà des différences, une profonde unité sous-jacente s’exprime dans les processus physiques à l’oeuvre sur ces planètes, aujourd’hui ou dans le passé : formation des planètes elles-mêmes, restitution de la chaleur interne, présence d’un champ magnétique, érosion de la surface, évolution de l’atmosphère, phénomènes de marées, etc. L’étude de ces processus fait l’objet de la planétologie comparée.

Toutefois, la description classique du Système solaire devient de plus en plus obsolète. En effet, enrichie par la découverte en 1992 d’une ceinture d’objets très lointains, appelée ceinture de Kuiper, la sphère d’influence du Soleil s’est considérablement agrandie.

De plus, les nombreuses découvertes de planètes extrasolaires (quelques 300 géantes gazeuses à ce jour) montrent que notre Système Solaire, loin d’être un modèle universel, est peut-être lui-même une exception : près de la moitié des exoplanètes référencées tournent plus près de leur étoile que la Terre autour du Soleil. Ainsi, la première que l’on ait découverte, en 1995, est une géante gazeuse, semblable à Jupiter, mais qui orbite cent fois plus près de son étoile.
source:http://www.palais-decouverte.fr/index.php?id=288

14 votes. Moyenne 3.14 sur 5.

Commentaires (4)

1. Lucille 02/12/2009

Il manque des informations essentiels

2. SYLVAIN ADMINISTRATEUR UFOETSCIENCE 02/12/2009

bonjour lucille,merci pour ce commentaire.Alors bien entendu il se peut qu'il y ait un manque d'informations à toutes les sujets d'ailleurs,c'est pour celà,en partie du moins qu'une page lien existe,pour que vous puissiez parfaire votre curiosité!mais pas seulement,les liens servent aussi à vérifier par vous même!voir pour ce texte que vous avez commentés le lien inscrit en violet,source:http://www.palais-decouverte.fr/index.php?id=288.

3. SYLVAIN ADMINISTRATEUR UFOETSCIENCE 02/12/2009

JE ME CORRIGE:manque d'informations à tous les sujets.
ET..que vous avez commenté.

4. juju sasa 12/09/2011

bcp dinformation on pas été partagé merci aurevoir!!! nul

Ajouter un commentaire
 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site