Retour sur la collision de 2 satellites dans l'espace

Techno-Science
Outils
Proposez-nous
Archives
Partenaires / Sites
Organismes
 CEA
 ESA
s
Sites Web




Posté par Michel le Mardi 17 Février 2009 à 00:00:42
Retour sur la collision de 2 satellites dans l'espace
La collision dans l'espace de 2 satellites renforce la volonté de l'ESA de créer son propre système de surveillance de l'espace alors que le système américain vient de montrer ses limites dans sa capacité à suivre et calculer la trajectoire de chaque gros débris en orbite.


Cette collision est survenue le 12 février à plus de 800 kilomètres d'altitude au-dessus de la Sibérie quand un satellite militaire russe hors de service d'une tonne est venu percuter un des 66 satellites opérationnels de la constellation Iridium (Iridium 33, 560 kg) le détruisant complètement.

Le Pentagon et la NASA qui gèrent le Joint Space Operations Center et le réseau de surveillance de l'espace (SSN) ont expliqué qu'ils n'avaient pas "vu venir" le satellite russe. Une explication pour le moins surprenante. Ne pas prévoir la trajectoire d'un débris de quelques centimètres, susceptible de rendre inutilisable un satellite comme ce fut le cas en 1996 avec la perte du milsat français Cerise, est compréhensible. Mais, les radars utilisés pour surveiller l'orbite basse sont suffisamment puissants pour surveiller des débris de la taille du satellite russe et, bien que désactivé, connu des militaires américains.

Quoi qu'il en soit, cette collision constitue un avertissement sérieux pour les agences spatiales. Les orbites basses sont très utilisées. Il s'agit d'un promontoire exceptionnel pour observer la Terre. Un grand nombre de satellites de télécommunication (constellation) et d'observation de la Terre (militaires et scientifiques) l'occupent.

600 nouveaux gros débris

Les premières observations montrent que cette collision a généré plus de 600 gros débris et un nombre incalculable de débris qui ne sont pas visibles (de l'ordre d'une dizaine de centimètres). Plusieurs semaines seront nécessaires avant de se rendre compte de l'ampleur du nuage de débris.

A court terme, ils ne sont pas un danger pour les autres satellites évoluant sur cette orbite mais font peser un risque sur les satellites qui évoluent légèrement plus bas, entre 700 et 800 kilomètres d'altitude. Quant à la Station spatiale internationale qui évolue encore plus bas (entre 360 et 440 km) il n'y a pas de risque particulier par rapport à ces nouveaux débris.

Pour les clients Iridium, les conséquences ont été minimes. La société qui gère une flotte de 66 satellites en orbite repositionne actuellement l'un d'entre eux de façon à assurer la continuité du service fourni par l'Iridium perdu.

Les débris spatiaux

Comme nous l'explique Sébastien Gendron, auteur d'un rapport de stage effectué au CNES, les débris spatiaux sont les résidus des lanceurs comme les étages, les coiffes et les boosters, les satellites en fin de vie sans oublier toute cette ferraille constituée de boulons, d'écrous et même d'instruments perdus par des astronautes lors de sorties extravéhiculaires.

Ils sont communément divisés en trois groupes en fonction de leurs dimensions et sont regroupés en 2 zones de l'espace circumterrestre bien distinctes. La première se situe entre 400 et 1600 km d'altitude (orbite basse) et la ceinture géostationnaire constitue la seconde zone de très forte densité de débris.

Les débris dont la taille est inférieure à 1 cm sont estimés à quelque 35 millions. Ils peuvent être à l'origine de dommages significatifs tels que des perforations ; en effet, la vitesse relative entre un débris et un objet d'intérêt et l'intensité d'un impact entre ces deux objets sont extrêmement intenses. Ces débris ne suscitent toutefois pas une inquiétude notable car les études menées sur les blindages valident leur faisabilité et leur efficacité à l'encontre de tels débris (l'addition d'un blindage sur un objet spatial doit se comprendre en terme d'augmentation de masse -et de coût- or le lanceur est limité à une masse maximale au lancement ; l'addition d'un blindage diminue donc la charge utile pouvant être mise en orbite).

Quelque 200 000 objets mesurent entre 1 et 10 cm. Les dommages causés par ces objets sont importants. Aucune protection n'est aujourd'hui technologiquement adaptable aux navettes, satellites...

Enfin, près de 10 000 objets de plus de 10 cm encombrent l'espace. Les conséquences d'une collision avec l'un d'eux seraient catastrophiques pour la mission en cours ; seule parade: les manoeuvres d'évitement.

Source: flashespace.com
Illustration: Image courtesy of Analytical Graphics, Inc. (www.agi.com)
SOURCE:http://www.techno-science.net/

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire
 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site